Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

Le leurre de la police de sécurité du quotidien

Sécurité publique -

Par / 9 février 2018

À l’offensive en ce début d’année, le gouvernement s’agite sur tous les sujets, pourvu que la communication masque le fond. En matière de sécurité publique, le lancement de la tant attendue police de sécurité du quotidien a eu lieu hier à l’École militaire.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, y a proclamé la fin de la politique du chiffre, un second souffle aux instances locales de concertation, une refonte de la formation initiale des policiers… Et concrètement le déploiement, en trois vagues, de nouvelles brigades spécialisées dans 15 premiers quartiers d’ici septembre 2018 et dans 15 autres d’ici janvier 2019.

Mais dans quel cadre budgétaire s’inscrivent ces annonces ? Derrière la communication gouvernementale bien huilée, la question des moyens financiers est vacante. Et pour cause, la dernière loi de finances ne prévoit aucune ligne budgétaire pour la PSQ lancée par Gérard Collomb. L’amendement que nous proposions alors en ce sens le 5 décembre n’ayant reçu aucun appui en séance publique. De plus, comment le gouvernement pourrait-il développer le service public de police dans le cadre de la mise en cause générale du statut de la fonction de la fonction publique annoncée ?

En outre, si la proposition de loi visant à réhabiliter la police de proximité que nous avons mise en débat en séance publique le 13 décembre dernier n’a pas recueilli le soutien du gouvernement, c’est que nous ne partageons ni l’ambition ni les moyens à mettre en œuvre pour une véritable police de proximité.

Pour le gouvernement et son ministre de l’Intérieur, il s’agit de remanier les équipes sur le terrain et de laisser aux chefs de service le soin d’envoyer certains de leurs agents davantage sur le terrain. Sur quels critères ? Dans quel objectif ? « Concentrer les moyens pour traiter la délinquance au fond » explique Gérard Collomb.

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE ne partagent pas cette vision de la société, il ne s’agit pas que du traitement de la délinquance, mais bien de mettre en œuvre tous les outils possibles pour renouer le lien social entre population et force de l’ordre.

Être en contact permanent avec la population implique d’une part une aptitude à l’écoute et au dialogue ; d’autre part, la restauration du lien de confiance entre police et population ne passera que par le développement de la « polyvalence » de l’activité policière, en intégrant la réalité du quartier aux missions de prévention, dissuasion, répression et sanction propres au métier de policier : de la pratique de l’îlotage à l’organisation d’opérations culturelles et sportives. Il s’agirait là d’un nouvel état d’esprit pour l’ensemble des forces de l’ordre, et d’un signal fort envoyé aux populations.

Nous continuerons à user de notre voix pour porter haut ces valeurs et défendre une police plus proche de nos citoyens pour une société plus humaine et confiante en nos forces de l’ordre, avec de véritables moyens.

Les derniers communiqués

Les communiqués de presse Un affront pour la République

Visite officielle du président du Parlement ukrainien - Par / 11 juin 2018

Les communiqués de presse Et Fresnes dans tout ça ?

Annonces du Président Macron sur les prisons - Par / 8 mars 2018

Les communiqués de presse Fraude et évasion fiscale : le Sénat rate le coche

Proposition de résolution pour une Conférence des parties de la finance mondiale - Par / 8 mars 2018

Administration