Nos propositions de lois

Retrouvez ici l’ensemble des propositions de loi déposées par le groupe CRC.

Lire la suite

Abrogation du CPE et du CNE

Par / 3 avril 2006

Mesdames, Messieurs,
Notre pays est confronté à une crise économique et sociale devenue insupportable aux françaises et aux français, aux jeunes en particulier. Ils ne tolèrent plus la dégradation continuelle de l’emploi à laquelle ils sont soumis au nom de la rentabilité financière. Le chômage et l’exclusion du travail demeurent massifs. Le taux de chômage atteint 22,8% pour les moins de 26 ans, et jusqu’à 40% dans certains quartiers.

Aujourd’hui, la précarité n’est plus uniquement le chômage, c’est également le travail. La multiplication des contrats précaires et des contrats aidés, comme la modération salariale, plongent les salariés dans la précarité et trop souvent dans la pauvreté. On compte 2,5 millions de travailleurs pauvres et 1 SDF sur 3 à un emploi. Le chômage ne doit pas servir de prétexte à une généralisation de la précarité : il faut au contraire résorber l’emploi instable (CDD, intérim, temps partiel contraint) qui représente 3 offres d’embauches sur 4 de nos jours.

Profitant de ce contexte, le gouvernement a répondu aux pressions du MEDEF en faisant passer en force, au mépris du travail parlementaire, son projet de loi pour « l’égalité des chances » et le Contrat Première Embauche, nouveau contrat de travail dérogatoire destiné à tous les jeunes de moins de 26 ans.
La volonté de passer en force était patente : pas de négociations avec les partenaires sociaux, utilisation du 49-3 à l’Assemblée nationale et marche forcée au Sénat.
Ce contrat soulève de légitimes inquiétudes et est rejeté massivement par les jeunes. Depuis deux mois maintenant, la mobilisation de toute la jeunesse de notre pays, rejoint en cela par les salariés, les retraités et les chômeurs, en témoigne.

Ensemble, ils rejettent cette perspective d’un contrat de travail au rabais, avec une période d’essai de deux ans et sans motivation du licenciement. Ils rejettent un contrat de travail spécifique qui institutionnalise la précarité de leur emploi et fragilise leur d’avenir.
Ils dénoncent avec raison une mesure qui contrevient aux législations et règlements internationaux, dont la Charte Sociale Européenne, ou encore le Convention 158 de l’Organisation Internationale du Travail. Mais également qui instaure une discrimination entre salariés en fonction de l’âge.

Si aujourd’hui une initiative législative doit intervenir rapidement pour répondre aux attentes sociales, telles qu’elles s’expriment maintenant depuis plusieurs semaines, il ne peut s’agir que de l’abrogation du CPE. Même réaménagé, ce contrat va à l’encontre de l’exigence moderne de sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels. Seule sa suppression est acceptable, pour permettre l’ouverture de véritables discussions avec les partenaires sociaux sur des bases neuves qui écartent la création d’un nouveau contrat spécifique pour les jeunes.

L’abrogation du Contrat Première Embauche doit logiquement s’accompagner de l’abrogation de l’ordonnance instaurant le Contrat nouvelles embauches. Ces deux dispositifs qui comportent chacun la période d’essai de deux ans et l’absence de motivation du licenciement, sont jumeaux.
Déjà le CNE avait fait de la France le pays où le marché du travail devenait le plus déréglementé et le moins protecteur pour ses salariés parmi l’ensemble des pays européens. Or les auteurs de la proposition de loi rappellent qu’aucun lien n’a jamais été établi entre le développement de la flexibilité et la baisse du chômage.
Par ailleurs, le Contrat Nouvelles Embauches, en vigueur depuis plus de 6 mois maintenant, n’a pas fait la preuve de son effectivité économique, puisque aucun infléchissement notoire du chômage n’a été constaté, et que ce contrat s’est uniquement substitué à des embauches qui auraient été effectuées dans tous les cas.

Le CNE, comme le CPE, méconnaît certains droits élémentaires du travailleur, allant même jusqu’à les mépriser. Une période d’essai étendue change en effet considérablement la nature de la relation salariale, en limitant, par exemple, toute capacité d’expression du salarié, rendant impraticable le droit de grève et très difficile l’exercice du droit syndical.

Le CPE et le CNE contribuent également à renverser la norme centrale du travail salarié en France, le CDI, au profit d’autres formes de contrats, qui étaient devenues l’exception. En permettant un retour au contrat journalier qui dominait jusqu’au début du XXe siècle, le CPE et le CNE balaient deux siècles de progrès en matière du droit du travail, deux siècles qui avaient d’abord vu disparaître le contrat de louage de services, puis reculer le contrat journalier au profit de contrats plus longs jusqu’à ce que le CDI soit instauré comme norme en 1979.

Le CPE et le CNE ne sont pas des mesures supplémentaires, mais bel et bien une rupture radicale dans notre tradition politique et sociale. Cette désorganisation sans précédent des rapports salariaux, au profit exclusif des entrepreneurs n’est pas acceptable.

La présente proposition de loi qu’il vous est proposé d’adopter vise donc à supprimer ces deux formes dégradées du contrat de travail qui soumettent les travailleurs, dans leur ensemble, à la précarité généralisée. Ce sont d’autres chemins qu’il faut emprunter pour sortir le France de l’impasse du chômage et de la précarité.

ARTICLE PREMIER

L’article 8 de la loi n°2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances est abrogé.

ARTICLE 2

L’ordonnance n°2005-893 du 2 août 2005 relative au contrat de travail « Nouvelles embauches » est abrogée.

Les dernieres interventions

Nos propositions de lois Des risques conséquents pour l’environnement et pour l’être humain

Interdiction de l’utilisation de cyanure dans l’exploitation minière aurifère et argentifère - Par / 3 avril 2019

Nos propositions de lois Une mesure évidente de justice fiscale

Rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune - Par / 20 mars 2019

Nos propositions de lois Un tel bilan d’activité mériterait une présentation devant le Parlement

Présentation du rapport annuel consacré aux droits de l’enfant du Défenseur des droits devant le Parlement - Par / 20 novembre 2018

Nos propositions de lois Une nouvelle dérégulation du secteur du logement

Encadrement des activité des plateformes de locations pour de courtes durées - Par / 16 mars 2018

Nos propositions de lois Cette immunité n’est pas acceptable

Délit d’entrave des directeurs d’établissements publics au fonctionnement du CHSCT - Par / 31 juillet 2017

Nos propositions de lois Ces variétés continuent à être cultivées sans contrôle sur leurs impacts environnementaux et sanitaires

Moratoire sur la mise en culture des semences de colza et de tournesol tolérantes aux herbicides issues de mutagénèse - Par / 9 juin 2017

Nos propositions de lois Le CDG Express, un projet inutile et coûteux

Abrogation de la loi autorisant la ligne Charles de Gaulle Express - Par / 17 mai 2017

Nos propositions de lois Il en va de la liberté des femmes à disposer de leur corps

Inscription du droit à l’IVG dans la Constitution - Par / 10 mai 2017

Nos propositions de lois Nul ne peut être propriétaire des constituants génétiques du vivant

Limites du champ de protection d’un brevet concernant une information génétique - Par / 20 avril 2017

Administration